Les journées floues

Il y a des journées où je me sens toute chiffonnée de l’intérieur, un peu floue, avec le goût de rien. Et en effet, il y a des jours qui ne sont pas destinés à être dynamiques ou productifs, qui n’ont tout simplement pas cette énergie-là. Peut-être est-ce nous qui sommes dans une phase d’intériorité, peut-être est-ce le projet en cours qui a besoin de mûrir, peut-être est-ce notre corps qui a besoin de recharger ses batteries, à moins que quelque chose de plus discret requiert notre attention et demande pour cela à ce que nous ralentissions… c’est en tout cas une énergie qui ressemble plus à quelques braises rougeoyantes au fond de l’âtre qu’à un feu éclatant et rugissant. Le problème, souvent, c’est lorsque nous avons décidé qu’il y en avait un. Souvent. Hier, lorsque j’ai senti cette énergie particulière, j’ai décidé qu’elle n’était pas à sa place. Je ne voulais pas une journée « intérieure »… je l’ai donc appelée, à peine posé le pied par terre, « journée loose »… j’avais donné le ton ! Ça vous parle ? Et pourtant, nous sommes en automne, cela pourrait être inspirant ! Car si la nature rentre en elle-même pour nous offrir ses créations les plus éclatantes le moment venu et si les graines tombées au sol pendant l’été s’enfouissent au creux de la terre pour y puiser toute la chaleur et la nourriture nécessaire à leur épanouissement prochain, pourquoi pas nous !? C’est une phase naturelle dans le cycle de la vie… Nous avons également besoin d’un temps particulier pour rêver, dormir, créer depuis l’intérieur, laisser mûrir les choses avant de sortir au grand soleil pour offrir notre contribution au monde. Un temps pour tout. Le seul « vrai » problème pourrait être de ne pas pouvoir s’accorder ce temps-là, mais hier c’était dimanche… je l’ai choisi. Alors si à la prochaine « journée loose » qui se profile, nous reconnaissions cette énergie sans la juger, sans NOUS juger et nous donner tort ? Et si nous ne plongions pas la tête la première dans toutes nos définitions d’une journée « réussie » ou de « comment faire tout bien » ? Quelles possibilités pourraient alors être présentes dans cette journée ? Et si nous la nommions « journée douce » plutôt que « journée loose », qu’est-ce que cela changerait pour notre humeur, nos relations et nos projets ? Tiens, c’était la Nouvelle Lune !


1 vue

© 2020 par Charlotte Chambaret. - Crédit Photos Marine Poron©